Analyse des Observations des Associations
Enquêtes Publiques 2020



Pourquoi

Après les phases d'enquêtes publiques (Cf AlerteRougeIleSeguin pour retrouver l'intégralité des observations associatives); il semble utile à plusieurs associations de faire une rencontre autour d'une dynamique capable de rassembler les acteurs de tous types favorisant d'autres choix que la densification urbaine : associations, citoyens, élus, professionnels, personnalités…
  • Ci-dessous, pour préparer la rencontre évoquée, nous esquissons des pistes, tenant compte des observations formulées par les associations, des dynamiques déjà engagées, des réalités positives ou non se déployant sur d'autres Îles de la Seine, des opportunités juridiques à rappeler et à utiliser.
  • Ces repères à compléter ensemble (d'ici la prochaine rencontre sur le sujet) pouvant nourrir le travail d'une Conférence du Consensus évoquée et qui reste à mettre en place.

Point de vue en débat.

Merci d'avance aux lectrices et lecteurs de le compléter / corriger…… soit en nous écrivant par courriel, soit en intervenant directement sur ce wiki (cf AidE), soit par le biais d'échanges (après inscription) sur la liste de discussion [declaration-ile-seguin] .



1- Repères issus des Observations des Associations



Environnement, Espace Naturel, Santé Publique, Santé Environnementale, Lisières Urbaines

=> Dans un de ses rapports récents, la MRAe a recommandé de ‘’préciser et justifier les partis pris d’aménagement, en tenant compte notamment des études réalisées sur le confort climatique, îlot de chaleur, ensoleillement et vents ‘’,
Agir en référence à la « Charte d’engagement pour une Métropole Nature » adoptée à l’unanimité par le bureau de la Métropole du Grand Paris le 7 juin 2019 et qui rassemblait 93 collectivités locales en février 2020. Dans le même esprit, un Contrat Eau, Trame verte & bleue, Climat 2020-2024 des Plaines et coteaux de la Seine centrale urbaine rassemble aujourd’hui 44 structures dont des partenaires financiers (agence de l’eau Seine-Normandie, Conseil régional d’Île-de-France, Métropole du Grand Paris).
(AvisLa Seine n'est pas à Vendre LaSPAV
=> l'OMS recommande un minimum de 10 m2 d'espaces verts publics par habitant, recommandation reprise dans le Plan Vert de la région Ile de France de 2017.
- Le verdissement des bâtiments n'est qu'un pis-aller (green-washing) devant le manque d'espaces de nature en pleine terre capable d'accueillir des arbres de haute tige et de fournir la capacité de rafraîchissement indispensable en cas de canicule. Les arbres prévus seront de jeunes pousses à la fin de la construction et ne gommeront pas avant au moins 40 ans l'impression (fausse) paysagère fournie dans le dossier.
(Avis Environnement92 )
=> Enjeux environnementaux : aménagements des espaces publics, pollutions des sols, situation de crue, fonctionnalité écologique des espaces publics, analyse paysagère… Compatibilité avec le Plan Climat de GPSO … Nécessité de lutter contre les îlots de chaleur. (Avis Marnes Environnement et Patrimoine).
=> L’Ile Seguin a vocation à s’insérer avec modestie dans ce paysage, en demeurant une île au niveau du fleuve, une île verte au pied des coteaux de Meudon, Sèvres et Saint-Cloud, une île respectueuse des sites et monuments inscrits ou classés, une île de répit et de respiration pour sa faune et sa flore comme pour ses riverains, les habitants des villes voisines et tous ceux de la région Ile-de-France. (Avis Association Arbres Hauts de Seine).
=> Les espaces naturels citadins sont appelés à influencer différemment les lisières urbaines si on veut assimiler une évolution de conscience dans le paysage entre l'espace vert André Citroën et demain un espace arborés à l'île Seguin.… Aussi des lieux de vie de proximité deviendront d'autant plus primordiaux en tant que pondérateurs de mal-être par rapport à maints événements impondérables. Ils détermineront la vivabilité d'une ville et sa valeur d'habitabilité. Aussi il s'agit de ne pas faire de bourde grave d'appréciation concernant le potentiel de l'île Seguin (Avis de Association Forêt Citoyenne).
Repères pour le Consensus
- Charte d’engagement pour une Métropole Nature
- Contrat Eau, Trame verte & bleue, Climat 2020-2024 des Plaines et coteaux de la Seine centrale urbaine
- Ne pas lésiner sur les espaces nature de pleine terre pour avoir des arbres de haute tige.
- Veiller au respect du Plan Climat GPSO
- Lisière Urbaine, Lieux de Proximité.
- S’insérer avec modestie dans ce paysage.

Les fleuves sont des couloirs de ventilation indispensables aux zones denses urbaines.

=> La Seine, avec ses affluents et les canaux, est un acteur majeur de la qualité de l’air de l’agglomération parisienne. Elle constitue le principal corridor de ventilation naturelle dans le coeur dense de l’agglomération. Le fleuve est littéralement la trachée qui permet à l'air de partout s'écouler et d'éviter ainsi de concentrer les particules nocives inévitablement générées par le métabolisme urbain et l'activité humaine.
En plus de la simple géographie et de l'absence d'obstacles que l'eau choisit naturellement d'emprunter, d’un point de vue environnemental et de santé publique, le différentiel hygrothermique existant entre la surface du fleuve et les surfaces minérales des berges et des immeubles renforce encore cette capacité de « tirage » et son efficacité, sans parler de l'évaporation de l'eau qui abaisse et régule sensiblement les températures extrêmes. Le rôle de la Seine et notamment de ses îles, est donc stratégique lorsqu'il s'agit d'atténuer les pics de pollution et les effets néfastes provoqués par les îlots de chaleur urbaine (on sait que l’écart entre le coeur des grandes métropoles et les campagnes lors des canicules peut aller de 3° à 10 °), questions auxquelles nos villes seront de plus en plus confrontées.
L’intense densification de l’Ile Seguin par divers projets immobiliers constitue donc un obstacle non seulement visuel et paysager, mais surtout un obstacle physique à un endroit ou l’urbanisme contemporain devrait recommander plus de vides que de pleins, plus d’aménagements paysagers que de nouveaux ilots urbains construits. Sur les 11,5 hectares de l’île à aménager, seuls 1,5 hectares sont réservés à un ‘’projet paysagé’’ et ce projet, du fait des choix urbains retenus et de sa position, vise plus à camoufler les blocs construits face à Meudon qu’à créer un grand jardin agréable et écologiquement utile. L’évapotranspiration des arbres (400 litres d’eau pour un grand arbre), de surcroit sur une île et à proximité de grands plans d’eau, permet de filtrer, épurer en fixant les particules, l’air pollué ambiant et ce à grande échelle. C’est aussi pour cela que sauf dans l’hyper centre, les îles sont traditionnellement plantées, choisies comme espaces de nature à préserver, situation remarquable que l’on trouve sur l’Ile Saint-Germain, voisine de l’Ile Seguin dont la proue amont conserve les magnifiques jardins ouvriers des anciens travailleurs de l’usine Renault.
Notons enfin que le projet envisagé renforce l’artificialisation des sols qui est à considérer d’une part dans le contexte de la Charte sur l’Eau précédemment citée mais également du point de vue de la préservation ou du renforcement à terme de la biodiversité et des orientations gouvernementales développées fin juillet 2020 par la nouvelle ministre de l’Ecologie, Barbara Pompili, dans le cadre de la mise en oeuvre des résolutions de la convention pour le climat.
(Avis de La Seine n'est pas à Vendre - SPAV).
=> Les iles de la Seine et en particulier l’Ile Seguin sont au milieu d’un corridor d’air qui se rafraichit au contact de l’eau du fleuve et des massifs boisés préservés par le Conseil Général sur 50% de l’Ile Saint Germain, par les communes sur les coteaux de Meudon et de Sèvres et par l’Etat (la SNIEF du Domaine National de Saint Cloud).
• Production d’oxygène, d’humidité et de fraicheur, de silence aussi, absorption de CO2 et d’oxyde d’azote, filtration des poussières sont indispensables à la santé et au bien-être des habitants des communes denses.
(Avis de Coteaux de Seine Associations CSA92).
=> Protection du site exceptionnel qu’il représente, de son caractère d’îlot de fraîcheur et de précieux couloir de circulation de l’eau et de l’air. Il doit donc être aménagé en île verte. (Avis de Association BelleRive Malmaison ABRM).
Repères pour le Consensus
- Seine principal corridor d'air, de ventilation naturelle dans le cœur dense de l’agglomération. Le fleuve est littéralement la trachée qui permet à l'air de partout s'écouler et d'éviter ainsi de concentrer les particules nocives inévitablement générées par le métabolisme urbain et l'activité humaine.
- Le rôle de la Seine et notamment de ses îles, est donc stratégique lorsqu'il s'agit d'atténuer les pics de pollution et les effets néfastes provoqués par les îlots de chaleur urbaine.
- L’évapotranspiration des arbres (400 litres d’eau pour un grand arbre), de surcroit sur une île et à proximité de grands plans d’eau, permet de filtrer, épurer en fixant les particules, l’air pollué ambiant et ce à grande échelle.
- Réduire l’artificialisation des sols qui est à considérer d’une part dans le contexte de la Charte sur l’Eau précédemment citée mais également du point de vue de la préservation ou du renforcement à terme de la biodiversité et des orientations gouvernementales développées fin juillet 2020.
- Recommander plus de vides que de pleins
- Site exceptionnel d' Ilot de Fraicheur

Risques - Pollution et Inondation en cas de Crue

=> La pollution atteint la nappe phréatique et il se produit en continu des remontées de produit et dérivés pétroliers et/ou de produits issus des fonderies. (Avis de Val de Seine Vert).
=> Remontées d'eau et d'humidité… Réduction des accès au fur et à mesure de la montée des eaux ? (Avis de MF Houbiers)
=> Nous avons eu récemment des inondations importantes et l’ensemble de la vallée de la Seine se prépare à une réédition de la crue mémorable de 1910 : c’est pas le moment d’aggraver une situation globale déjà par elle-même très dégradée puisque les rives du fleuve sont artificielles sur une grande partie de grande partie de la Seine Centrale.
Il n’y a donc aucune cohérence à demander des dérogations,quelles qu’elles soient,à la loi de protection de l’eau, à la Charte de l’eau de la Seine Centrale, au PPRI de la vallée de la Seine et aux orientations du SDRIF (artificialisation des sols par exemple). La simple énumération des textes que nous venons de citer suffit à démontrer l’inanité de tout projet qui ne viendrait pas restaurer la trame verte, favoriser le retour de la biodiversitéou l’écoulement naturel des eaux.(Avis de ADREC )
Repères pour le Consensus
- Faire le point des analyses techniques disponibles et des situations / simulations de crues connues ou prévues.

Respect des Protections et des Textes Juridiques

=> Outre l’atteinte aux paysages de bords de Seine protégés soit par les protections des monuments historiques soit par les orientations du SDRIF (dans sa version de 2013 avec des objectifs pour 2030) (Avis de ADREC).
=>
“Espaces naturels sensibles remarquables de proximité “
Dans le dossier de l’étude d’impact on observe l’absence de mention des “espaces naturels sensibles remarquables de proximité “ déjà identifiés par le département, comme par exemple, certaines berges naturelles, autour de l’Ile St Germain ou des roselières plantées à Billancourt rive droite en amont du pont Daydé.
On note aussi sur la carte, dont l’échelle ne convient pas “localisation de la zone d’étude des sites Natura 2000 à proximité “ l’absence notable du Ru de Marivel, dans la vallée de Sèvres, et plus largement la “Trame verte et bleue” de la vallée de Seine, elle est qualifiée ainsi par le département.
Nous voulons indiquer par là le peu d‘attention pour la proximité, ou l’éxistant de la part des rédacteurs de ces documents dans l’étude d’impact.
“- Préservation des continuités écologiques”, “favoriser les perceptions” le jargon des études d’impact, refuse de mentionner l’essentiel : la présence d’espèces faune et flore remarquables, comme le martin pêcheur, la “cardamine impatiente” présentes sur le site, et /ou dans sa proximité immédiate. (Avis de Issy l’Ecologie).
=>
La loi sur l’organisation des mobilités en décembre 2019 indique que tous les aménagements futurs doivent prendre en compte la pollution de l'air par les transports et « instaure le droit de vivre dans un environnement sain ». (Avis de Val de Seine Vert).
Repères pour le Consensus
- Refaire point précis de l'ensemble des Protections Monuments Historiques, Sites Remarquables et Orientations du SDRIF
- Idem pour espaces naturels sensibles remarquables de proximité , sites Natura 2000… loi sur l’organisation des mobilités…

Paysages et Belvédères

=> L’enjeu de ce site exceptionnel se lit depuis la terrasse de l’Observatoire de Meudon ; celui de l’Ile Seguin depuis la terrasse de l’ancien château de Bellevue. (Avis de Association Arbres Hauts de Seine).
Repères pour le Consensus
- Insertion Paysagère et Position depuis les Belvédères). Cf LaSeineDesBelvederes

Végétalisations et Pleine Terre

=> Les essences plantées dans les projets soumis à enquête (peupliers et saules) peuvent développer leur système racinaire en surface, mais le fait que les arbres ne soient pas encrés en profondeur les rend très vulnérables aux coups de vent. (Avis de Val de Seine Vert).
=>
Les fonctions espaces verts arborés de pleine terre, espaces de silence et de biodiversité des iles de la Seine et l’Ile Seguin en particulier doivent être absolument préservées pour l’équilibre et la santé des habitants. (Avis de Coteaux de Seine Associations CSA92).
=>
L’insuffisance d’espace vert de pleine terre pour rééquilibrer la ville (Avis de - Action Environnement Boulogne Billancourt et Ouest Parisien - AEBB).
Repères pour le Consensus
- Pour des arbres de haute tige, 100%de la surface en pleine terre s'impose (rien de construit ni en dessous, ni au dessus)
- Quelle palette végétale utiliser ?
- Rester exigent sur la notion de Pleine Terre.

Reconquête de la biodiversité

=> Efforts de reconquête de la biodiversité sur les berges de Seine et des deux iles Seguin et Saint Germain développés depuis 30 ans par les associations Espaces et ses éco-cantonniers, Val de Seine Vert ou Issy l'écologie et ses veilleurs écologiques (notamment sur le maintien du martin pêcheur), mais aussi plus récemment par les services espaces verts des communes, de GPSO et du département. (Avis de Vivre à Meudon).
Repères pour le Consensus
- A préciser enjeu, actions déjà engagées…

Habitants et Acteurs Concernés

=> Le paysage d’en face appartient à ceux qui le contemplent. (Avis de Issy l’Ecologie).
Repères pour le Consensus
- Elargir le dialogue et la consultation auprès des habitants et acteurs des communes de GPSO, de POLD notamment.

Un site d’intérêt métropolitain

=> Qu’il s’agisse des bords de la Seine, de la Marne et, à un moindre degré, de l’Oise, un chapelet quasi continu d’opérations transforme radicalement le rapport entre le fleuve et l'urbain au sein de la zone dense de l’agglomération. D’après les évaluations du conseil d’orientation de notre association, il y a environ 142 opérations sur 3 300 ha (11 millions de m² de surface de plancher) en cours ou en projets soit autant qu’aux abords des futures gares du réseau du Grand Paris Express en construction. Favoriser la mutation des rives afin d’accompagner l’évolution du système productif et urbain est normal car le lit majeur de la Seine et de ses affluents offre des opportunités foncières considérables. De vastes espaces occupés par des usines changent d’affectation. Des secteurs urbains bordant les rives, devenus obsolètes, font l’objet d’opérations de renouvellement. Des espaces naturels ou non bâtis, dont les très nombreuses îles, changent de ‘’fonction’’ sans pour autant que leur potentiel naturel soit pris en considération.
Comment comprendre que, face à l‘importance et à la complexité de ces mutations, aucune politique globale, paysagère, sociale et environnementale, pour l’avenir du fleuve et de ses rives ne soit réellement pensée et menée à la bonne échelle avec les élus et les habitants ? (Avis de La Seine n'est pas à Vendre - SPAV).
=>
Rives de la Seine et les îles de la Seine, situées en zone inondable mais aussi réserves végétales et de biodiversité indispensables à la santé et au bien-être des habitants, fassent l’objet d’une protection globale, quelles que soient les communes traversées et les PLU concernés.
- Pour toutes les îles de la Seine et leurs rives, il faut sauvegarder ou créer des espaces de nature et cesser de densifier ces zones. (Avis de Association des Rives de Seine - ARS).
=>
L’ensemble des possibilités d’aménagement de la plus belle boucle de Seine en agglomération centrale avait fait l’objet de deux études confiées en 1991 par le gouvernement de M. Michel Rocard à un haut fonctionnaire, Jean Eudes Roullier, et à un cabinet d’urbanistes-paysagistes dirigé par Alexandre Chemetov. (Avis de Comité de Sauvegarde des Sites de Meudon - CSSM).
=>
Il nous faut développer désormais des villes moyennes aérées, recréant des espaces de respiration, avec des hauteurs raisonnables à échelle humaine. Les bords de Seine et ses îles constituant des sites privilégiés de ce nouvel urbanisme réconciliant l’homme avec la nature, l’eau, le paysage et la ville. (Avis deCoteaux de Seine Associations CSA92 )
=>
La Seine Musicale et la Vallée de la Culture offrent un cadre raisonnable et des perspectives budgétaires alternatives pour une ile Seguin verte, musicale et culturelle. (Avis de Vivre à Meudon).
=>
L'île Seguin se trouve à un carrefour exceptionnel de flux de transports. Elle se situe à une porte d'entrée routière au seuil d'une zone urbaine accentuée en densification. Aussi la puissance d'impact psychologique du paysage à ce point d'entrée sera absolument considérable en positif ou en négatif selon la décision prise. Ceci affectera maintes personnes de passage et l'idée qu'elles se feront de la Région. … Une île redéfinie en « lieu de vie » et en « pôle réaccordant la culture, la convivialité et l'écologie » en synergie de maturation : c'est vraiment répondre à une carence dans le département des Hauts-de-Seine qui tend trop à s'excentrer dans un urbanisme sorti de l'échelle humaine.… L'atout majeur inscrit dans la potentialité de l'île Seguin de partir de son auditorium déjà existant.
Sauf à s'acharner à faire prévaloir des intérêts privés contre l'intérêt commun, cette île est avant tout opportune à mettre en exergue à l'une des entrées de Paris comme un lieu insulaire à forte singularité permettant aux étrangers de passage et aux résidents se recentrer par rapport à l'effervescence éventée des affaires qui l'entourent. L'instauration de nature et d'espaces culturels appropriés dans cette enceinte insulaire est à penser collégialement et à remettre sur « le devant de la Seine ».
Porter un regard de civilisateur sur l'île Seguin. (Avis de Association Forêt Citoyenne).
Repères pour le Consensus
- Aucune politique globale, paysagère, sociale et environnementale, pour l’avenir du fleuve et de ses rives ne soit réellement pensée et menée à la bonne échelle avec les élus et les habitants ?
- Rives et Iles de la Seine situé en Zone Inondable : pour une protection globale quelles que soient les communes traversées et les PLU concernés.
- Raisonner plus globale sur les Boucles de Seine.
- Privilégier des espaces de respiration. Les bords de Seine et ses îles constituant des sites privilégiés.
- Prendre en compte la situation de Carrefour… de Porte d'entrée sur la Région…
- Porter un regard civilisateur et pas simplement gestionnaire d'espaces…



2- Points à compléter et Perspectives


=> Aménager à minima… sur l'essentiel des enjeux de notre époque dont les évolutions ne seront pas toutes prévisibles, ou maîtrisées par l'homme.
=> Ne pas détruire les potentiels environnementaux existants… ne pas hypothéquer les espaces vierges disponibles.
=> Bien ,raisonner en regardant ce qui se passe dans les autres iles de la Seine : expérimentation, destruction, évolution… (cf par ex IleSaintGermain, IleDesLoups, IleDesImpressionnistes)
=> Intégrer le temps… de l'évolution, de la croissance :
  • * un bloc de béton met quelques mois à émerger et reste 50 ans ou plus
  • * un arbre de haute tige est mature après plusieurs dizaines d'années
=> Bien cerner la situation du lieu "Ile Seguin" à la fois symbole, ile parmi d'autres, fonction d'entrée dans la Métropole.
=> Articuler l'ïle Verte dans des circuits pédestres ou vélo visant la découverte des lieux du point de vue de l'Ile et des Rives, mais aussi à partir des Belvédères.
=> Les concepts visant la mondialisation... ne sont pas forcément porteurs pour l'Ile Seguin.
=> Evitons de construire en dur en dessous comme au dessus pour conserver une pleine terre sur l'intégralité de la partie centrale et de la pointe.
=> Privilégions plutôt la présence modérée d'espaces éphémères (Pavillons, Repères, Jardins…) pour promouvoir des messages autour des matériaux, du développement durable, de la biodiversité, de l'arbre, de la faune et flore etc…
=> Nous sommes devant un Projet de Société … une façon de vivre ensemble sur un site emblématique (mémoire ouvrière, développement GPSO par rapport à La Défense). Prendre conscience que nous devons avoir une orientation délibérée intégrant dans le développement, dans l'aménagement… tous les services écosystèmiques rendus par le milieu naturel, le contact avec l'eau… Cela veut dire que c'est toute une vision de l'aménagement francilien qui peut être l'occasion d'un débat.
=> Faisons partager aux élus et autres acteurs locaux que l'on peut initier un aménagement de ce territoire en s'appuyant sur les services rendus par les milieux naturels touchant les problèmes de santé, de préservation de l'environnement… comme une des composantes de l'urbanisme, de l'aménagement et des principaux équilibres économiques et sociaux de demain.