Fortifions l'île Seguin, tête de pont pour déployer des aménités vertes



UNE ÎLE, ENTITÉ VIVANTE, EST PLUS QU'UN TERRAIN À BÂTIR
L'Île Seguin est en lisière d'une dynamique vertueuse



  • Les aménités vertes (note 1) des bords de Seine, des coteaux, et des autres îles de la Seine sont essentielles à la qualité de l'air et au rafraîchissement de l'Ile-de-France. Elles assurent, grâce aux surfaces de pleine terre, l’évapotranspiration par le maintien des végétaux et des arbres.

  • En bord de Seine ou sur les coteaux, les parcs, jardins et bois participent au paysage unique de la boucle de la Seine : parcs de Saint-Cloud et de Villeneuve l’Etang, domaine de Brimborion, terrasses de Bellevue, parc de la propriété des Tybilles, esplanade de la Manufacture de Sèvres, parc des Montalets, Villa Rodin des Brillants, bois de Meudon et de Viroflay… autant de sites ou de bâtiments aujourd’hui inscrits ou classés qui, eux-mêmes, bénéficient en retour du panorama sur le fleuve, les îles, la plaine et au loin : Paris.

  • A l'inverse les aménités vertes sont dramatiquement réduites sur : Boulogne-Billancourt, le nord des Hauts-de-Seine, le haut des Yvelines, le bas du Val-d'Oise, Paris (hors les bois de Boulogne et de Vincennes) et, à l'Est, une partie du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis, ces territoires ne contribuant nullement au maintien d'îlots de fraîcheur indispensables.

Cumul d'Aménités Vertes et île Seguin
Cumul d'Aménités Vertes et île Seguin

Nous demandons que l’île Seguin devienne
une île naturelle et arborée sur sa moitié amont



  • Pour le bien-être des franciliens, l'île Seguin, en lisière d'une zone forte en aménités, est en réalité une tête de pont au regard de territoires aux aménités faibles pour faire face à la crise sanitaire et environnementale. Insérée dans le grand paysage (plaine de Boulogne-Billancourt, méandres du fleuve, trois îles, coteaux de la rive ouest) elle doit se tourner résolument vers un avenir alliant culture et nature, dépassant les obstacles dressés par les bétonneurs du projet DBS ou autre opérateur immobilier, entraînant Paris et toute l'Ile de France dans un bain de verdure et un territoire propice à la biodiversité.

  • La nature et les habitats doivent s’équilibrer intelligemment pour préserver les îlots de fraîcheur tout en procurant services, cadre de vie et proximité pour les habitants. Cela doit guider tout aménagement du territoire dont le premier acte de vigilance serait de ne pas construire si l'on abat des arbres de grande hauteur sans prévoir la place et la terre nécessaire à la croissance d’autres arbres de même essence, hauteur et envergure.
  • Les effets induits au plan environnemental sont aussi importants que l'acte de construire.
    • Dans un récent jugement à propos de la société Total SE, le tribunal de Nanterre a fait mention de l'Art 1833 (Code Civil) : … La société est gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité (note 2).




Ci-contre, 3 des points stratégiques des aménités en première couronne parisienne : l'Île Seguin à l'ouest, le triangle de Gonesse au nord et les communes du Perreux, Brie sur Marne, St Maur des Fossés à l'est, créant de ce fait une convergence des engagements associatifs.

Accepter les 130.000m2 sur l'île Seguin, serait :

◼︎ Dérouler un tapis rouge pour les promoteurs.

◼︎ Valider la disparition des continuités écologiques et des pénétrantes de diffusion des aménités. En particulier discontinuité entre les coteaux et le bois de Boulogne.

◼︎ Favoriser toutes dérives de densification immobilière, contraire aux enjeux de biodiversité, de santé publique et environnementale sur toute l'Ile-de-France.

Points Stratégiques des Aménités

AVEC
LA DÉCLARATION

DE L'ÎLE SEGUIN…





… SAISISSONS
CETTE OPPORTUNITÉ D'AVENIR


Prenons soin de ce patrimoine précieux.
L'île Seguin doit être l'emblème et le phare,
éclairant la décision des hommes,
au service de "Dame Nature".

**Son rôle de tête de pont** est conforté
par sa position entre les deux rives de la Seine,
en relation avec le chapelet d'îles, les coteaux, les autres méandres
et les plaines qui structurent les paysages franciliens.



image Banderole.jpg (0.2MB)

Voir aussi l’actuel projet de loi nº 3875 “portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets” dont une des directives devrait déjà être appliquée (article 19 du chap. 4) :
  • « Le respect des équilibres naturels implique la préservation et, le cas échéant, la restauration des fonctionnalités naturelles des écosystèmes aquatiques et de leurs interactions. Ces fonctionnalités sont essentielles à la reconquête de la biodiversité, à l’adaptation au changement climatique ainsi qu’à l’atténuation de ses effets et participent à la lutte contre les pollutions. À ce titre, les écosystèmes aquatiques constituent des éléments essentiels du patrimoine naturel et paysager de la nation. »


Note 1 - Aménités Vertes : Concernant l’environnement, le mot et le concept désignent depuis longtemps l’agrément induit par la fréquentation d’un lieu ou par la simple vision d'un beau paysage. Il est de plus en plus employé par les acteurs de l’environnement et du développement durable. Le mot évoque aussi et de plus en plus l’agrément, le plaisir gratuit directement ou indirectement offert par la vision, la contemplation de la nature en tant qu’habitats naturels et écosystèmes, qui en tant que bien public a un caractère d’intérêt public et d'intérêt général. - Source Wikipedia
Cf aussi La gestion des aménités et le développement durable :
  • Terme générique de plus en plus employé pour définir un ensemble de valeurs matérielles et immatérielles attachées à nos territoires et qui « marquent » leur attractivité.
    • ◼︎ Parmi les valeurs « matérielles », on peut ainsi notamment citer les ressources naturelles (eau, air, biodiversité faunistique et floristique, mer), certains espaces ruraux supports de productions agricoles et forestières de qualité et pouvant être qualifiés de terroirs et de paysages, ou bien certains espaces récréatifs et de loisirs (ruraux ou urbains).
    • ◼︎ À mi-chemin entre les valeurs matérielle et immatérielle, on trouve les paysages, protégés – inscrits ou classés par la loi de 1930 – ou non, et si possible de qualité, les grands sites, les sites du patrimoine mondial de l’UNESCO...
    • ◼︎ Parmi les valeurs « immatérielles », le patrimoine culturel des territoires dans son ensemble (architecture, traditions, festivals, terroirs, artisanat local...) participe à l’aménité des lieux. On peut même considérer que les mesures de prévention des risques naturels, voire technologiques, et du changement climatique, qui participent à la santé des hommes, et à leur sécurité, en font partie.
    • ◼︎ Les dictionnaires nous indiquent qu’aménité – du latin amoenitas (charme) – signifie à la fois l’amabilité et la douceur dans l’attitude de quelqu’un et, pour un lieu, son agrément. À l’inverse, traiter quelqu’un sans aménité, c’est être rude et injurieux envers lui. En adaptant cette définition à notre milieu et à nos ressources, il s’agit donc de les traiter avec égard, ce qui devrait aller de soi. Ainsi, les termes souvent utilisés de « gestion raisonnée des ressources » et de « ménagement du territoire » peuvent traduire cette définition.

Le lecteur intéressé pourra aussi trouver de bonnes explications sur le sujet et son usage dans des scénarios d'urbanisation : Favoriser l'accessibilité aux aménités vertes lors de la conception d'un document d'urbanisme - BourgeoisDeOliveira2011


Note 2 - Devoir de vigilance : Par la loi du 27 mars 2017, les très grandes entreprises françaises ont un « devoir de vigilance ». Elles ont une obligation de prévenir les risques sociaux, environnementaux et de gouvernance liés à leurs opérations, où qu’elles se situent dans le monde. Elles doivent établir un Plan de Vigilance… Le devoir de vigilance a évolué avec la modification apportée à l’article 1833 du code civil par la loi Pacte du 22 mai 2019. Depuis cette date, toute société française doit en effet « être gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité ». (cf Responsabilité sociale des entreprises : « Une forme de droit nouveau est peut-être en train de se créer sous nos yeux » par Jean-Philippe Robé 18/03/2021 Le Monde ).

Haut de Page


 l